lundi 31 juillet 2017

Le tricot oui ! Mais sans couture !!

Voilà, pour celles et ceux qui me connaissent, vous le savez je suis une fainéante... mais comme dit la grand mère de mon cher et tendre : "pour être fainéant il faut être intelligent" !

Le rapport avec le tricot ? C'est simple, j'aime tricoter mais j'ai horreur des finitions : coutures, montage de cols...
Alors quand un modèle me plaît je l'adapte, je le bidouille, je le transforme, je chausse mes aiguilles circulaires et mon voyage se termine par la dernière maille !! (bon il reste quelques fils à rentrer mais c'est tout)

Mon dernier projet un gilet pour mon homme, avec une laine qui vient d'un élevage de mérinos antique, une pure laine, un délice (d'ailleurs je vous en dirais plus bientôt, mais pour moi l'acrylique et les teintures chimiques c'est fini!), le tout en une seule pièce !
Bon pour ça il faut accepter d'avoir des rangs un peu longs (plus de 200 mailles au départ) puis il faut également des câbles pour mettre en attente quand on fait le dos et les côtés. Le tout terminé par un rabattage des épaules à trois aiguilles et hop il ne reste que les boutons à coudre !

Les photos du gilet fini et porté arriveront quand mon mannequin aura un moment 😍

Et vous ça vous tente cette façon de tricoter ? Je pense que je vais mettre mes modèles sur ravelry, on ne sait jamais ça peut servir à d'autres fainéantes !

jeudi 23 février 2017

lavage, cardage, filage... à la main !

Afin d'évaluer quel travail faire faire à l'extérieur sur la laine et quel travail faire à la main, les durées, les prix... j'ai fait différents tests :
j'avais de la laine récupérée dans un élevage local (mouton de race frisonne), bon ce n'est pas de la super laine pour faire du fil mais pour un test ça ira. Direction donc le garage pour récupérer un peu de laine :
bon il y avoir du boulot !!
Pour bien me rendre compte des quantités perdues à chaque étape j'ai prélevé dans mon sac 100g de laine brute.
Direction la salle bain car il y en a besoin !! Après un premier bain à l'eau tiède, où j'ai juste laissé tremper la laine, un deuxième bain avec un peu de savon durant lequel j'ai écharpillé la laine tout en enlevant le gros des herbes coincées dedans, puis le rinçage... ben ma laine était encore très beurk ! J'ai donc décidé de la mettre dans un filet et hop direction la machine à laver, en cycle laine, avec un peu de lessive à laine.
Etape 1 : 15 minutes. (de mon temps à moi sans compter la machine à laver)

Une nuit de séchage, et un passage par la balance pour voir combien on a perdu au lavage : résultat il ne reste que 66g !! Pourtant j'ai enlevé très peu de saletés !

et hop à la cardeuse maintenant !

Comme j'ai bien manipulé la laine, elle est très emmêlée, je dois faire donc 3 passage pour obtenir une nappe correcte. Dedans il y a beaucoup de bouloches, ça ne va être terrible au filage...
Et là j'ai encore reperdu un peu de poids : 60g. Vous auriez vu la quantité de poussières et d'herbes quand j'ai soulevé la cardeuse pour la ranger !

Etape 2 : 40 minutes



Et maintenant le filage. 

J'ai d'abord partagé ma nappe cardée en 2 de poids égal, pour en faire un morceau sur chaque bobine et ensuite retordre en double.

J'ai choisi de faire un fil "moyen", simple, même si les bouloches donnent du relief très irrégulier.

Etape 3 : 50 minutes

Un passage à l'eau pour relaver un peu mon fil, séchage avec un poids pour répartir le retord et voici le résultat :


55g de fil (oui j'en ai encore perdu un peu sur le rouet....), à tricoter avec du 5 ou plus, pour une longueur d'environ... 35m !
Bilan : à partir de laine gratuite, et avec seulement de l'huile de coude (et beaucoup de matériel coûteux) et 1h45 de travail j'ai .... 1 petite pelote, dans laquelle il reste quelques morceaux de végétaux, qui pique un peu, et couleur naturelle ! Si je devais la vendre en comptant les charges sociales et en étant au smic je devrais compter 20 euros ma petite pelote sans amortir mon matériel...

Bon pour notre laine à nous il va falloir que je fasse autrement !!! car je ne suis pas sûre d'avoir la clientèle en face... et pour faire mes 20 toisons de brebis il me faudrait 8 mois à temps plein !!! (et comme je travaille déjà à 3/4 temps ça ne va pas être facile !)

A suivre...

samedi 18 février 2017

Des projets plein la tête !

Tout d'abord une grande envie de faire vivre ce blog (mieux et plus souvent !) mais je crois que je l'ai déjà dit...

En grande amoureuse de la laine, j'ai bien évidemment une passion pour le tricot et le crochet (surtout le crochet !)

Et comme beaucoup j'ai des difficultés à trouver ce dont j'ai besoin pour mener à bien mes créations... J'ai donc créé (avec l'aide de ma maman) une boutique de laine (une vraie qui malheureusement n'est maintenant plus qu'une boutique en ligne : www.desloisirs.fr) , jusque là rien de nouveau me direz-vous ! Effectivement c'était il y a plus de trois ans ! Mais elle est toujours là, et aussi sur A little mercerie , elle s'étoffe, se diversifie...
Je donne aussi des cours de tricot et crochet, et là c'est plus difficile, en effet il faut se déplacer : soit c'est vous qui devez venir chez moi, je vous reçois dans mon salon, dans mon atelier s'il fait assez chaud ou dehors l'élé ! ou alors je viens chez vous et dans ce cas c'est dans votre salon... Bref il fallait trouver une solution pour créer un vrai atelier mobile... c'est chose faite ! nous voici donc heureux propriétaire d'une caravane ! L'idée est simple en théorie : la réhabiliter et la faire voyager... bon en pratique c'est pas facile à modifier ces bêtes là !

Premier grand projet donc : la CARAVANE ITINÉRANTE !!! chek liste rapide : faire faire des devis de rénovations car elle doit reprise du sol au plafond, trouver le financement (sûrement une cagnotte de type financement coopératif) pour ensuite faire réaliser tout ça.

Mon deuxième projet est d'une autre ampleur (ah encore plus que la rénovation d'une caravane me direz vous !...). En grande amatrice de savoirs et connaissances en tout genre, je me suis penchée sur la laine il y a quelques années, d'une autre façon. Les questions existentielles : d'où vient-elle, comment-elle transformée.... puis des réponses à la mise en pratique, j'ai commencé à récupérer des toisons, les laver, les carder (achat d'une cardeuse à rouleaux), les filer à la main (achat d'un rouet), les teindre, teinture naturelle aux plantes ou chimique mais avec label oeko tex... bref je patouille comme j'aime dire. Mais restait un problème de taille en lien avec les idéaux de la maison : le mouton. Ben oui c'est quand même lui qui nous donne cette belle matière première, comment est-il traité dans les élevages ? Mon mari étant éleveur laitier en bio (sur St Denis lès Bourg dans l'Ain), nous voici donc parti sur l'idée d'avoir notre propre troupeau !!! Les agnelles arriveront en septembre, les bâtiments devraient bientôt commencer à sortir de terre... première tonte prévue en octobre !
Check list : trouver une laverie écologique, une filature qui ne teinte pas ou avec des teintures sans métaux lourds, sans parler des transports entre les différents prestataires... Bref un projet qui demande aussi des investissements, mais tout ça pour obtenir une LAINE FRANÇAISE dans l'esprit de l'agriculture biologique !! C'est pas beau ça comme projet ???

Vous l'aurez compris, en ce moment c'est paperasse et compagnie, recherche et avancée majeure (ben oui on déjà la caravane, les agnelles sont commandées !)
Je vous tiendrais au courant de la suite, n'hésitez à me contacter si vous avez des filons pour la laine...